Santé mentale, articles sur la toile

Actualité par Alfapsy Formation en santé mentale

Troubles mentaux: quand les banlieues s’emparent d’une blessure taboue

Pour briser le «tabou» autour des troubles mentaux, des villes de banlieue parisienne multiplient les initiatives . Ce travail d’information et de pédagogie, le sociologue Michel Joubert en a constaté l’urgence au début des années 1990, lors de recherches menées à Saint Denis (93). Les habitants de banlieue, plus enclins aux troubles mentaux ? Pour Antoine Pelissolo, psychiatre à l’hôpital Mondor de Créteil, «les conditions de vie détériorées» qui marquent certains territoires «peuvent amplifier ces phénomènes psychiques» . A Saint-Denis, après le diagnostic, les projets ont fleuri : « cafés-débats, plateformes interactives. Ces villes disposent d’un soutien financier de l’Etat, via l’agence régionale de santé (ARS), pour pérenniser des dispositifs existants. «Insuffisant», pour le chercheur Michel Joubert, pour qui les autorités «n’ont pas encore pris l’ampleur du défi présent et à venir».

Source : Libération , 14 juin 2019

La nouvelle définition du burn-out selon l’OMS

 Selon Santé publique France, 30 000 personnes seraient touchées en France.

Dans sa onzième révision de la Classification internationale des maladies (ICD-11), l’OMS précise que le burn-out est “un syndrome résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès”.

C’est ici que la nouveauté réside puisque auparavant le burn-out n’était pas spécifiquement lié au monde professionnel. L’ensemble des pays membres de l’ONU se sont accordées sur le fait qu’il y avait un lien entre un environnement professionnel et le syndrome du burn-out.

Source : sante-sur-le-net, juin 2019

Peut-on dire que le burn-out est le mal du 21ème siècle?

Ces questions sur l’impact du travail sur les salariés existent depuis toujours: fatigue et épuisement des travailleurs sont décrits dans les romans d’Emile Zola au 19ème siècle, par exemple. Aujourd’hui, les difficultés qui apparaissent pour les salariés sont la conséquence directe de l’évolution du monde du travail depuis la 2nde guerre mondiale. Et la particularité du 21ème siècle vient des techniques de management. Avant, les problèmes au travail mettant la santé et la vie des travailleurs en jeu pouvaient s’exprimer au travers des luttes collectives et syndicales, comme lors de la grève de mai 68 . Aujourd’hui, le salarié est seul face aux difficultés et la réponse aux problèmes s’exprime à travers la santé plutôt que dans la solution collective. Le burn-out est l’expression de l’évolution du monde du travail qu’on connaît aujourd’hui.

Source : 22/08/2018 , figaro santé

Passer deux heures par semaine dans la nature aurait un impact bénéfique sur notre santé mentale et physique

« L’art de la médecine consiste à distraire le malade pendant que la nature le guérit », disait Voltaire, mais aucun chercheur n’avait encore calculé le temps d’immersion nécessaire pour avoir un impact concret sur l’organisme. Des chercheurs des Universités d’Exeter (Royaume-Uni) et d’Uppsala (Suède) ont analysé les données d’une large étude menée sur l’environnement ; ils ont ensuite fait la moyenne du temps que les participants passaient dans la nature chaque semaine et ont découvert que pour obtenir un bénéfice sur la santé ou le bien-être, nous devions y passer au moins deux heures par semaine.  Une autre étude avançait que que les adultes ayant grandi près de zones vertes avaient une meilleure santé mentale que ceux originaires de zones urbaines.

Source : 19.06.2019, pourquoi docteur.fr

Le sexting affecterait la santé mentale des jeunes.

Une étude publiée le 17 juin 2019 dans la revue JAMA Pediatrics affirme qu’échanger des sextos des messages et des photos sexuellement explicites  favoriserait notamment des comportements sexuels à risque et pourrait avoir des conséquences sur la santé mentale.

Menés par une équipe de recherche canadienne, les travaux s’appuient sur une méta-analyse de vingt-trois études incluant quelque 41.723 participantes entre 12 et 17 ans.

Selon Camille Mori, chercheuse en psychologie à l’université de Calgary à l’origine des recherches et Sheri Madigan, co-autrice de l’étude, il est primordial d’expliquer aux ados comment être en sécurité, éthique, respectueux et consensuel dans leurs interactions sur internet.

Source :19 juin 2019, slate.fr

Quel est l’impact des événements climatiques extrêmes sur la santé mentale?

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR), le CISSS-CA et le Centre de recherche du CISSS de Chaudière-Appalaches ont reçu une subvention de 300 000 $ de Santé Canada pour réaliser un projet de recherche sur les impacts des événements climatiques extrêmes sur la santé mentale et le bien-être. «Notre objectif consiste à préciser le portrait des populations vulnérables et de renforcer le plan d’action régional afin d’accroître nos capacités d’adaptation aux changements climatiques sur le plan de la santé», indique le PDG du CISSS-CA, Daniel Paré.

Le projet sera lancé cet été et se poursuivra jusqu’en 2022.

Source : leclaireurprogres.ca